Georges Raepsaet

La moissonneuse gallo-romaine au fil de l’histoire

Une icône, révélateur épistémologique au coeur de la technologie romaine

    35,00 € 35,00 € 35.0 EUR

    35,00 €

    Option non disponible.

    Cette combinaison n'existe pas.

    Ajouter au panier


    Satisfait ou remboursé pendant 30j
    Livraison gratuite en France
    Achetez-le maintenant, soyez livré dans 2 jours

    Auteur Georges Raepsaet
    Editeur ULB - Universite Libre de Bruxelles
    Distributeur Association de Boccard

    La moissonneuse gallo-romaine, appelée vallus chez Pline XVIII, 296 et vehiculum chez Palladius VII, 2, a de tout temps intéressé les historiens, interpellé les agronomes et fasciné le grand public, en particulier lorsque l’on a découvert le relief de Buzenol en 1958. La machine, il est vrai, est unique en son genre à travers les pratiques agricoles occidentales, de l’Antiquité au XIXe siècle. En effet, de tout temps et partout jusqu’au début du XXe siècle, on moissonne à la faucille, à la sape ou à la faux, à l’exception de la Gaule romaine septentrionale où les épis d’épeautre se fauchent avec une barre de coupe montée sur roues, propulsée de l’arrière par un animal, asinien ou bovidé. Idée de génie ? Peut-être. Invention étonnante, assurément. Mais au fil des siècles, si l’idée et le principe sont à l’origine des moissonneuses modernes mises au point vers 1800-1850, son efficacité agricole dans l’Antiquité sera parfois contestée, en particulier au milieu du XXe siècle, par un courant historiographique appelé « primitivisme » qui refuse globalement toute capacité technologique à l’Antiquité et fait volontiers du vallus une cible privilégiée. Aujourd’hui, après vingt ans de recherches pluridisciplinaires et d’expérimentations sur le terrain, le débat est (momentanément ?) clos à l’avantage du vallus, efficace pour la moisson des céréales vêtues, en particulier l’épeautre et l’amidonnier, ou, à tout le moins, à conditions analogues, nettement plus rapide que la faux et la faucille, sans plus de gaspillage et avec moins d’effort.

    Le présent essai parcourt deux mille ans d’histoire et d’historiographie de cette machine iconique, histoire tantôt glorieuse, tantôt chaotique, au fil de mouvements épistémologiques ou idéologiques dont le vallus fut, quelque part, une redoutable pierre de touche.

    Table des matières

     

    Préface            

    Avant-propos 

    Introduction   

    1.   Antiquité. Pline et Palladius. Les textes fondateurs en contexte  

    a. la moisson classique   

    b. la moisson mécanique en Gaule : le vallus de Pline et le vehiculum de Palladius     

    2.   Palladius et la réception médiévale des Scriptores rei rusticae        

    3.   L’outillage agricole du Haut Moyen Âge, une problématique difficile    

    4.   Du Moyen-Âge à la Renaissance. Le temps des éditeurs. La moissonneuse oubliée        

    5.   Le XVIIe siècle en France. Un intérêt nouveau pour les « arts et métiers », mais peu d’innovations     

    6.   La moissonneuse gallo-romaine au coeur du frontispice gravé par Bernard Picart pour l’édition de Matthias Gesner en 1735. L’agriculture romaine revisitée dans l’esprit des Lumières radicales      

    7.   Le xviiie siècle : « On écrivit des choses utiles sur l’agriculture. Tout le monde les lut, excepté les laboureurs ». On relit Palladius et l’écossais Adam Dickson, une génération après Gesner, redécouvre le vallus            

    8.   1786 : la « machine for reaping corn » de William Pitt. Le vallus antique, source et modèle des moissonneuses modernes    

    9.   Points de vue historiques et archéologiques au XIXe et au début du XXe siècle. Reconstructions graphiques et commentaires      

    10. Lefèbvre des Noëttes et la vision primitiviste de la moissonneuse antique : « un procédé de fortune, prématuré et sans lendemain »  

    11. Buzenol 1958 : une iconographie originale et inattendue de la moissonneuse à la rescousse des sources écrites, mais une reconnaissance difficile         

    12. Le troisième quart du xxe siècle : le règne du « primitivisme » et des minimalismes marxistes. La moissonneuse comme « failure of effective invention »           

    13. Les années quatre-vingts et la fin de siècle : le temps de l’innovation. Un renouvellement méthodologique profond. Les techniques productives retrouvent leur place au sein

    d’une économie antique revisitée, et la moissonneuse, une nouvelle identité      

    a. Quelques réflexions. Une recomposition méthodologique et de nouvelles finalités 

    b. Quelques avancées en matière de technologie          

    c. Quelques travaux marquants 

    d. François Sigaut et l’ethno-agronomie. Une approche originale de la moissonneuse            

    e. Oui, mais...    

    f. Retour à la moissonneuse      

    14. Le nouveau siècle. Une archéologie rurale particulièrement dynamique.

    Les apports originaux de vingt ans d’expérimentation du vallus à Malagne (Rochefort), 2001-2021. Chronique d’une recherche expérimentale      

    a. Le domaine gallo-romain de Malagne (Rochefort. B) : une convergence d’opportunités

    et de mise en réseau. La mise au point du projet et la définition du programme expérimental   

    b. Quelques prérequis obligés et quelques difficultés rencontrées dans la mise au point

    du projet Malagne. Éléments du protocole 

    c. La première phase du travail expérimental : la propulsion et la dynamique du tirage          

    d. La deuxième phase de l’expérimentation : la moisson          

    e. Malagne : réflexions sur vingt ans d’essais     

    15. Le vallus et son environnement. Du bon usage d’une innovation            

    16. Le modèle Brent Shaw : une intelligence technique d’exception pour une moisson mythifiée.

    De l’outil physique à l’outil mental          

    17. Le débat primitivisme/modernisme au xxie siècle. Un dossier mieux argumenté où

    la moissonneuse reste un enjeu     

    18. D’autres questions encore, plus générales, in fine. De l’enchâssement économique régional

    à la construction sociale : la moissonneuse en questions  

    Bibliographie choisie   

    Annexe : Quinze années d’histoire économique de l’Antiquité         
    Livre Broché
    Date de parution 2022-05-05
    Nbr Pages Arabes 196
    Couleurs oui
    Collection Études d’archéologie (CReA-Patrimoine)
    ISBN 13 978-2-9602029-6-0
    Type Nom