Philippe Swennen

D'Indra à Tistrya

Portrait et évolution du cheval sacré dans les mythes indo-iraniens anciens

    69,00 € 69,00 € 69.0 EUR

    69,00 €

    Option non disponible.

    Cette combinaison n'existe pas.

    Ajouter au panier


    Satisfait ou remboursé pendant 30j
    Livraison gratuite en France
    Achetez-le maintenant, soyez livré dans 2 jours

    Auteur Philippe Swennen
    Editeur ICI - Institut de Civilisation Indienne
    Distributeur Editions de Boccard

    Dans l’Inde des Védas, dans l’Iran achéménide et l’Avesta, un étalon blanc apparaît à de nombreuses reprises dans des circonstances similaires. Présent dès le début des temps, il déchire les ténèbres par son hennissement strident, ouvre la voie au premier lever de soleil, libère les eaux douces ou les premières pluies qui rendent la vie terrestre possible, montre aux prêtres le lieu propice à l’installation des foyers sacrificiels. Lors de courses de chars rituelles, il mène à la victoire l’attelage du nouveau roi et transporte durant un an le feu tribal, avant d’être sacrifié en hommage au soleil. Lors des parades, sa seule présence suffit à désigner le roi et à l’installer parmi les dieux. La persistance de ces représentations dans des cultures diverses mais apparentées suppose une origine commune à ces cultes et ces légendes. Pour en retrouver la source, priorité est donnée à une lecture attentive des textes, fondée sur les acquis de la grammaire comparée des langues indo-iraniennes. L’examen scrupuleux des parallèles textuels, des traits dialectaux, des querelles doctrinales, des variantes cultuelles ramène sans cesse à la même conclusion : le culte de l’étalon sacré des peuples indo-iraniens archaïques est indissociable du culte d’Indra. Il témoigne par fragments d’un ensemble de croyances dont Indra fut le centre et le point de départ. Prajapati en Inde et Ahura Mazda en Perse prirent dans ce contexte la place d’Indra, le premier suite à une paisible passation de pouvoir, le second à l’issue d’une réforme radicale. In Vedic India, in Achaemenid Persia and in the Avesta, a white stallion appears several times under similar circumstances. Present from the beginning of time, it tears open the darkness by a harsh neighing, opens the way to the first rising of the sun, frees the fresh waters and the first rain, making life possible, shows to the priests the right place where to build the sacrificial fires. During ritual chariot races, it leads the team of the new king to victory and carries the tribal fire during the whole year before being sacrificed to the sun. During parades, its presence clearly designates the king as if a god. These persisting representations in different but cognate cultures suggest a common origin. In order to identify their source, priority was given to a careful analysis of the texts, making use of recent advances in comparative grammar of Indo-Iranian languages. A scrupulous survey of textual parallels, linguistic data, or doctrinal and cultual variants systematically leads to the same conclusion : in old Indo-Iranian cultures, the cult of the sacred stallion was closely linked to Indra. It provides us with fragments of ancient beliefs whose centre and beginning was Indra, then replaced in this role by Prajapati in India and Ahura Mazda in Persia, the first one through a peaceful evolution, the second one through a complete change.

    Book Broché
    Nbr Pages Arabes 424
    Collection Série in-8° de l’institut de civilisation indienne (Collège de France)
    ISBN 13 978-2-86803-071-9
    Type Name