C. Tavares Da Silva, Françoise Mayet

L'Atelier d'amphores d'Abul (Portugal)

    54,00 € 54,00 € 54.0 EUR

    54,00 €

    Option non disponible.

    Cette combinaison n'existe pas.

    Ajouter au panier


    Satisfait ou remboursé pendant 30j
    Livraison gratuite en France
    Achetez-le maintenant, soyez livré dans 2 jours

    Auteur C. Tavares Da Silva
    Auteur Françoise Mayet
    Editeur Mission Archeologique Française au Portugal - Musee Monographique de Conimbriga
    Distributeur Editions de Boccard

    Avec ce volume consacré à l'atelier d'amphores romaines d'Abul, les auteurs clôturent le programme "Exploration archéologique du Sado", destiné à mieux comprendre l'industrie des salaisons et sauces de poisson lusitaniennes. La grance originalité de l'atelier d'Abul est de présenter, au pied du comptoir phénicien du VIIe siècle avant notre ère, abandonné et scellé depuis déjà six siècles, une batterie de cinq fours circulaires, mise en place dans la première moitié du Ier siècle de notre ère. Ces fours, construits sur le même modèle et sur le même module, étaient précédés d'une façade en pierre et d'un auvent abritant l'entrée des foyers. La remontée des eaux du fleuve a entraîné d'abord la construction de canalisations au fond des fours, puis leur abandon progressif du milieu du IIe au milieu du IIIe siècle. Un autre intérêt du site est l'existence d'un entrepôt dallé où étaient stockées les amphores avant qu'elles ne traversent le fleuve pour être remplies de saumures dans les usine de Troia, sur la rive gauche de l'estuaire du Sado. Les auteurs n'ont pas eu le temps de fouiller la zone où les potiers tournaient ces récipients, mais ils ont pu dresser un tableau complet de ces productions : l'amphore Dressel 14, qui semble être une création lusitanienne, et l'amphore Almagro 51c qui la remplace sous le Bas Empire, sont les deux productions principales, alors que les amphores Almagro 50 et Sado 1 sont restées minoritaires. A côté des amphores, l'atelier a produit des matériaux de construction et des céramiques communes, tout comme l'atelier voisin de Pinheiro. Avec ce programme, la connaissance de l'histoire phénicienne et romaine de cette région a progressé d'un grand pas, même si certains résultats méritent encore d'être affinés grâce à des fouilles plus approfondies sur le site de Troia.

    Book Relié
    Nbr Pages Arabes 248
    Collection Exploration archéologique du Sado
    Type Nom