Michel Lescure

Immortal Banks

Strategies, structures and performances of major banks

    42,10 € 42,10 € 42.1 EUR

    42,10 €

    Option non disponible.

    Cette combinaison n'existe pas.

    Ajouter au panier


    Satisfait ou remboursé pendant 30j
    Livraison gratuite en France
    Achetez-le maintenant, soyez livré dans 2 jours

    Edité par Michel Lescure
    Editeur Librairie Droz S.A.
    Distributeur Editions de Boccard

    Economic literature states that, in banking, cost control and risk management are of crucial importance relative to scale and scope. To what extent does this evidence help us to understand the performance gap between banks over time? The eleven historical essays presented here investigate how different factors (strategy and structure, ownership, governance and management, but also reputation, market power and institutional protections) influence the long term performances and the longevity of major banks.

    Chapitre I. – Le temps des pionniers (dans les années 1960-1970) 1. Les enjeux de l’affacturage A. Des tâtonnements déçus (1961-1963) B. La maturation d’un projet de diversification des formules de financement au milieu des années 1960 2. La naissance de l’affacturage en France : la Société française de factoring (1964) 3. Le second pionnier de l’affacturage : Facto-France Heller (1966) 4. L’affacturage peu à peu intégré à la place parisienne Documents iconographiques Chapitre II. – Le temps des leaders (dans les années 1970-1980) 1. La force des deux leaders 2. La construction des savoir-faire 3. Les enjeux de la compétitivité 4. Un premier exemple de filiale bancaire : le cas emblématique de Slifac 5. Un deuxième exemple de filiale bancaire : la Sogéfactoring A. Le déploiement de Sogéfactoring B. Sogéfactoring promue par le réseau d’agences C. La percée de Sogéfactoring 6. Le Crédit agricole expérimente l’affacturage : Transfact 7. Paribas s’initie indirectement à l’affacturage : UFB Locabail 8. La Banque nationale de Paris entre dans l’affacturage A. Des débuts modestes B. L’affirmation tardive d’une activité d’affacturage à la BNP Conclusion Documents iconographiques Chapitre III. – La résistance des deux leaders dans les années 1990-2000 1. L’intensification de la concurrence 2. La capacité de résistance de la Société française de factoring 3. La réactivité du leader Facto-France Heller A. La force du portefeuille de savoir-faire et d’expérience B. Un ensemble confédéral C. Le craquement de failles 4. La capacité de résistance des leaders et leur rayonnement Conclusion Documents iconographiques Chapitre IV. – La forte percée des banquiers dans les années 1990-2000 1. La stratégie des banques dans l’affacturage 2. Le dynamisme de Slifac 3. L’émergence de Transfact en tant qu’acteur autonome 4. La persévérance de la filiale de la Société générale A. L’affactureur de la Générale en crise B. La relance de l’affacturage sous l’égide de la CGA C. La CGA en quête de qualité et d’efficacité 5. L’offensive de la BNP dans l’affacturage avec BNP Factor A. Un dualisme stérile B. Un mouvement déterminé de concentration C. La cristallisation d’un dynamisme commercial D. Une révolution du système d’information Conclusion Documents iconographiques Chapitre V. – Le temps de la consolidation au tournant du XXIe siècle 1. La poursuite de la croissance du marché de l’affacturage 2. La course à la taille et l’absorption de FFH par GE Finance en 2001 A. L’offensive de GE Capital Finance dans l’affacturage B. De la consolidation à l’intensification de la concurrence 3. La CGA bataille pour résister à la poussée concurrentielle A. Une bonne insertion dans le mouvement de croissance B. Affacturage et « industrie » bancaire C. Une osmose pertinente entre la CGA et les réseaux D. La diversification des marchés 4. Le Crédit lyonnais rassembleur d’affactureurs : vers Eurofactor. A. Le rapprochement entre Slifac et la SFF (1999-2000) B. Un premier Eurofactor (1999-2000) 5. Le Crédit agricole rassembleur d’affactureurs : un nouvel Eurofactor A. Transfact mieux intégrée dans le groupe Crédit agricole B. Transfact vers Eurofactor (2005) C. La fédération dans Crédit Agricole Leasing & Factoring 6. Eurofactor aussitôt contestée : la montée en puissance de BNP Paribas Factor A. La construction de BNP Paribas Factor B. La percée de BNP Paribas Factor C. Le couronnement d’une stratégie tenace 7. Caisses d’épargne et Banques populaires unissent leur affacturage A. Une première étape : Natexis Factorem (1998) B. Une seconde étape : Natixis Factor (2006) Conclusion Chapitre VI. – Qu’est-ce qu’un « bon affactureur » ? 1. Le risque clients 2. Le risque adhérent 3. L’affactureur et la dureté des affaires 4. L’enjeu de la qualité 5. Le risque de dépendance vis-à-vis du prescripteur bancaire 6. Les affactureurs vigilants : l’affirmation des exigences de conformité et de contrôle Conclusion Chapitre VII. – L’innovation levier de la compétitivité 1. La révolution des tout petits clients 2. La révolution des gros clients 3. Des révolutions techniques : de l’affacturage inversé à l’affacturage confidentiel A. L’affacturage inversé B. L’affacturage confidentiel 4. Des gammes de prestations au-delà de l’affacturage ? Conclusion Documents iconographiques Chapitre VIII. – Le temps de l’européanisation 1. Du marché français à l’Europe A. Slifac originale dans son déploiement européen B. La Société française de factoring au coeur d’un groupement de correspondants C. Le partenariat européen de Factorem 2. Eurofactor se déploie en Europe 3. La CGA ouverte à l’Europe mais limitée à la France 4. BNP Paribas Factor dans le sillage de l’européanisation de sa maison mère 5. De l’affacturage au recouvrement international de créances Conclusion Conclusion générale Liste des tableaux Bibliographie Index Table des illustrations

    Book Broché
    Nbr Pages Arabes 296
    Collection Publications d'histoire économique et sociale internationale
    ISBN 13 978-2-600-01913-2
    Type Nom