L'amour de l'art

    69,00 € 69,00 € 69.0 EUR

    69,00 €

    Option non disponible.

    This combination does not exist.

    Ajouter au panier

    30-day money-back guarantee
    Free Shipping in U.S.
    Buy now, get in 2 days

    « L'amour de l'art » à la Renaissance, loin de concerner les seuls traités d’arts, intéresse aussi la théologie, la médecine ou les fictions, qui l’abordent souvent de façon concrète, comme une circulation désirante entre l’artiste, l’image et le spectateur. L’art qui s’invente au XVIe siècle vise à atteindre le spectateur, dans sa subjectivité propre, en le charmant : la beauté n’est plus celle d’un idéal de vérité objective, elle cherche à flatter les affects et fait de son pouvoir érotique un critère de vérité sensible. Les effets de séduction deviennent constitutifs de la définition de l’art et l’objet de cette étude est d’en comprendre les modalités et conséquences. L’enjeu est d’observer la naissance d’un sentiment pour l’art, au moment même où s’invente l’art moderne : l’instauration de nouveaux codes de représentation, qui sont encore les nôtres aujourd’hui, est liée à une nouvelle érotique.

    Table des matières Remerciements Références abrégées Introduction Première partie. Création Chapitre premier. Amor pictor, amans pictor, amor picturae Amor pictor Amans pictor Amor picturae Chapitre II. Apelle, Alexandre et Campaspe Alexandre et Apelle : la dignité de l’art Apelle et Campaspe : le plaisir du peintre Campaspe de chair, Campaspe en peinture Chapitre III. L’art du pinceau Les amours des peintres et sculpteurs anciens et modernes Le peintre séducteur : naissance d’une fiction Techniques d’approche Chapitre IV. La peinture, un genre féminin La peinture (l’art) est une femme La peinture (le tableau) est une femme « La beauté n’est pas une forme idéelle incorporelle » La peinture est une putain De la venustas à Vénus Chapitre V. La peinture, une conception masculine L’art n’est pas une affaire de femmes La création comme reproduction L’autorité paternelle Seconde partie. Réception Chapitre VI. Physique de la réception La beauté formelle de l’antique L’étrange désir : l’agalmatophilie Le spectateur concupiscent Chapitre VII. Métaphysique de la réception L’image efficace Puissances de l’image Chapitre VIII. Esthétique de la réception L’anecdote icono- ou agalmatophile, un modèle théorique pour le discours sur l’art Une nouvelle Vénus de Cnide : l’Aurore de Michel-Ange Chapitre IX. La conception féminine, un contre-modèle L’image procréatrice La mauvaise spectatrice Conclusion Bibliographie Index nominum

    Format Broché
    Nombre de pages
    424
    Illustrations 1
    Collection Les Seuils de la Modernité
    ISBN 13 978-2-600-01947-7
    Type Nom