Géraldine Toniutti

Les derniers vers du roman arthurien

Trajectoire d’un genre, anachronisme d’une forme

    42,00 € 42,00 € 42.0 EUR

    42,00 €

    Option non disponible.

    Cette combinaison n'existe pas.

    Ajouter au panier


    Satisfait ou remboursé pendant 30j
    Livraison gratuite en France
    Achetez-le maintenant, soyez livré dans 2 jours

    Auteur Géraldine Toniutti
    Editeur Librairie Droz S.A.
    Distributeur Editions de Boccard

    Qu’implique le choix du vers dans le roman, à une époque où la prose s’est déjà imposée comme forme privilégiée du genre ? C’est à cette question que la présente étude soumet le corpus des derniers romans arthuriens en vers, rédigés entre 1260 et 1380. Le choix atypique du vers dans ces romans interroge les valeurs esthétiques attribuées à chaque forme au cours de ces siècles de mutation que sont le XIIIe et le XIVe siècle : l’écriture en vers résiste, mais est en décalage avec la forme irrémédiablement favorisée. À partir de ces textes, l’étude trace l’abandon du vers au profit de la prose dans le roman et sa spécialisation lyrique, engageant ainsi des réflexions sur la conjonction entre forme et genre. Ce corpus invite encore à théoriser la position tardive qu’occupent ces romans dans la trajectoire historique du roman arthurien en vers. Des interactions entre vers tardif et prose émergeante découle une véritable poétique de la tardivité, dont l’étude rend compte.

    INTRODUCTION

    Chapitre premier CHOIX DE FORME, CONSÉQUENCES GÉNÉRIQUES

    Une théorie des genres pour le Moyen Âge ?

    Pertinence de la notion de genre

    Témoignages individuels et traités latins

    Désignations – Autodésignations

    Mises en recueil

    Définition du concept de genre

    Horizon d’attente

    Critères de la généricité médiévale

    Genre et forme

    Vers et prose

    Mètre

    Brun de la Montagne

    Long ou bref

    Historia et fabula

    Le merveilleux

    Histoire, mythe, fiction

    Le travail des sources

    Fictions assumées

    Genre et narrateur

    Registre

    Genre et matière

    Le roman arthurien en vers

    Définition du canon

    Voyages génériques du roi Arthur

    Le Tournoi de l’Antéchris : Arthur allégorisé

    Arthur en Avalon : la Bataille Loquifer

    Transfictionnalité et genre

    L’errance aventureuse

    Blandin de Cornouailles : errer sans Arthur, errer sans quête

    Romans en « décadence » : paralittérarité du corpus tardif

    Chapitre II LES DERNIERS VERS : ÉCRIRE EN VERS APRÈS LA PROSE

    De la prose au vers

    Choix de forme, choix de chronotope

    Temps linéaire – temps circulaire

    Expansion géographique et référentialité de l’espace

    Gauvain, emblème du vers

    Tristan, Lancelot, Perceval : emblèmes de la prose ?

    Le Graal versus la féerie

    Choix de forme, choix de style

    Destin du vers

    Le vers narratif au XIVe siècle

    Une spécialisation lyrique du vers : les insertions d’Escanor et Melyador

    Lire le roman arthurien à la fin du Moyen Âge

    … du vers à la prose : survivance du genre

    Les mises en prose arthuriennes

    Le Conte du Papegau entre vers et prose

    Chapitre III TRAJECTOIRE DU ROMAN TARDIF

    Transfictions tardives

    Arthur chef de guerre, Arthur errant

    Dux bellorum

    Arthur facétieux

    Égarements de la figure royale : l’univers en perte de maîtrise

    Égarements de la figure royale : errance d’Arthur

    De l’archétype au personnage

    Keu courtois, preux et amant : décalage transfictionnel

    Typologie du personnage arthurien tardif

    Le héros : problèmes de désignation

    Un manichéisme relatif

    Structures arthuriennes : imiter la prose

    Entrelacer les aventures

    Faire court dans un récit long

    Prétendre à l’explicite et à l’exhaustivité

    Confluences : un mélange des genres ?

    Réécriture d’un topos allogène : l’ekphrasis

    Adoption de « patrons génériques exportables » : l’épopée arthurienne

    Imitation ponctuelle : Escanor et le miraculeux

    L’effet-fabliau

    Un récit encadrant : Biaudouz et le didactisme

    Conclusion AUTOPSIE D’UNE FORME

    ANNEXES

    Annexe A : romans arthuriens en vers tardifs

    Annexe B : insertion lyrique dans Escanor

    Annexe C : diffusion du roman arthurien en vers après le XIIIe siècle 647

    Annexe D : le manuscrit BnF fr. 24301

    BIBLIOGRAPHIE

    INDEX

    Book Broché
    Nbr Pages Arabes 656
    Collection Publications Romanes et françaises
    ISBN 13 978-2-600-06223-7
    Type Name