Christine Kepinski

Haradum III. Haradu forteresse du moyen Euphrate iraquien (XIIe-VIIe siècles av. J.-C.)

Avec les contributions de CLANCIER (Ph.) et TENU (A.)

    35,00 € 35,00 € 35.0 EUR

    35,00 €

    Option non disponible.

    Cette combinaison n'existe pas.

    Ajouter au panier

    Garantie de remboursement de 30 jours
    Livraison gratuite aux États-Unis
    Achetez maintenant, obtenez dans 2 jours

    Auteur Christine Kepinski
    Texte de A. Tenu
    Texte de Philippe Clancier
    Editeur MAE Maison Archéologie & Ethnologie - René-Ginouvès - Publications
    Distributeur Editions de Boccard

    Haradu, forteresse quadrangulaire aux angles parfaitement orientés, se présente comme un camp fortifié ; ses remparts à caisson délimitent un espace non construit. Sa fondation remonte à l’époque médio-assyrienne comme l’attestent les sources écrites et en particulier la découverte, sur le site même, de deux tablettes économiques portant deux éponymes du XIIe siècle av. J.-C. De nombreuses tombes y ont été installées mais une seule a fait l’objet d’un soin tout particulier. Aménagée à l’intérieur de deux caissons de l’enceinte et construite en même temps qu’eux, il s’agit de la sépulture d’un personnage de haut rang, vraisemblablement responsable de la forteresse. Haradu fait partie d’un système défensif mis en place par les Assyriens le long du moyen Euphrate ou sur des îles, pour faire obstacle aux Araméens ; il révèle l’étendue du territoire de cette grande puissance et témoigne de la violence des affrontements. Sa culture matérielle est un vrai syncrétisme où se mêlent un substrat local aux racines anciennes, des emprunts aux grandes puissances qui ont contrôlé le pays de Suhu, essentiellement la Babylonie et l’Assyrie, et divers objets et éléments importés du Levant à l’Iran. Tour à tour aux mains des Assyriens et des Araméens, elle demeure un bon laboratoire d’observation de leur interaction. Dans ses niveaux les plus récents, Haradu révèle le développement d’une culture homogène partagée par de nombreuses régions, confortant la constitution d’un véritable empire. Haradum III met un terme à la publication définitive des travaux menés en Iraq sur le site de Khirbet ed-Diniyeh, entre 1981 et 1988, par Christine Kepinski, dans le cadre des fouilles de sauvetage de Haditha. Il apporte de nouvelles informations sur les périodes mal documentées de la fin de l’âge du Bronze puis de l’âge du Fer ainsi que sur une région également peu connue, entre monde assyrien et babylonien, au contact de la steppe, des nomades et sur de grands axes commerciaux.

    Format Broché
    Nombre de pages
    300
    Collection Travaux de la MAE - Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès
    ISBN 13 978-2-7018-0313-5
    Type Nom