Les prétentions généalogiques en Grèce de l'époque byzantine à Homère

    79,00 € 79,00 € 79.0 EUR

    79,00 €

    Option non disponible.

    This combination does not exist.

    Add to Cart

    30-day money-back guarantee
    Free Shipping in U.S.
    Buy now, get in 2 days

    Les prétentions généalogiques sont un phénomène vieux comme le monde, et l'historien actuel a souvent le réflexe de les écarter comme une simple expression de vanité sans fondement. La tentation est d'autant plus forte dans certains cas où l'hiatus social, culturel ou chronologique est particulièrement marqué. Or, on constate que le nombre de ces prétentions augmente considérablement à certaines époques charnières, ce qui est souvent interprété a contrario comme l'illustration de la vanité d'homines noui sans ancêtres. Je me propose ici de nuancer cet a priori en examinant le cas de prétentions formulées par des notables athéniens à l'époque impériale romaine. L'étude prosopographique détaillée des réseaux familiaux auxquels appartenaient ces notables montre que ce qui pourrait sembler au départ n'être qu'une invention triviale est susceptible de recouvrir une réalité soigneusement conservée. Plus généralement, cette étude amène à repenser le phénomène des prétentions généalogiques dans sa totalité. L'expression englobe des réalités multiples et fort diverses qu'on ne peut traiter de la même façon. Par exemple pour les parvenus notoires ou les très anciennes familles aristocratiques. Il faut également distinguer les prétentions qui renvoient à des ancêtres mythologiques et celles qui renvoient à des personnages historiques, sans pour autant les opposer. L'influence des Romains sur les prétentions formulées à Athènes au temps de leur domination apparaît clairement mais il convient d'examiner son poids réel sur une société au passé aristocratique fort ancien. L'étude généalogique sera menée à partir des recueils prosopographiques récents (Persons of Ancient Athens, Lexicon of Greek Personal Names) mais en reprenant l'ensemble du corpus de textes et d'inscriptions dont certaines récemment exhumées. Cette étude mettra en lumière que les Athéniens disposaient de supports suffisants pour véhiculer une mémoire généalogique lointaine. Dans un certain nombre de cas, la reconstruction de filiations détaillées permet même de reconstituer un cheminement précis de la prétention.

    Christian Settipani, docteur en Histoire, est ­membre associé du Centre d’histoire et civi­lisation de Byzance, CNRS, UMR 8167 Orient et Méditerranée. Il collabore depuis 1991 à la rédaction de l’Année Épigraphique. Il est spécialiste de la conti­nuité des élites du Haut Moyen Âge et de l’Antiquité et a publié de nombreux articles et monographies dans ce domaine.

    Format Broché
    Nombre de pages
    1060
    Collection De l’archéologie à l’histoire
    ISBN 13 978-2-7018-0511-5
    Type Nom