Jeanne Dion

L'épigramme de l'Antiquité au XVIIe siècle ou du ciseau à la pointe

    31,00 € 31,00 € 31.0 EUR

    31,00 €

    Option non disponible.

    Cette combinaison n'existe pas.

    Ajouter au panier


    Satisfait ou remboursé pendant 30j
    Livraison gratuite en France
    Achetez-le maintenant, soyez livré dans 2 jours

    Dirigé par Jeanne Dion
    Editeur ADRA -Association pour la Diffusion de la Recherche sur l'Antiquité
    Distributeur Editions de Boccard

    L'épigramme a ceci de profondément original, par rapport à d'autres genres littéraires, que son concept même se transforme, puisqu'on passe d'inscription sur la pierre à l'idée de pointe polémique. Pour comprendre cette évolution étonnante, voici d'abord trois études générales, qui vont de l'Antiquité à l'époque moderne : par A. Michel (philosophie et poétique de l'épigramme), P. Laurens (fonction polémique) et E. Schwarzenberg (symbolique), qui montre comment l'ambre, si longtemps associé aux grands mythes les plus archaïques, devient paradoxalement l'emblème d'un minuscule poème. Des analyses particulières illustrent ces différents moments. Le temps des inscriptions sur pierre est évoqué par les épigrammes de Béotie, puis de Crète, dont G. Vottéro et M. Bile suivent les variantes depuis le VIIe siècle av. J.-C. Viennent ensuite les cas où l'épigramme caractérise un court poème de style bas, voire parodique. En voici, pour exemple, le Catalepton et les Vies de Virgile présentés par A. Arcellaschi, les épigrammes de Trimalchion dans les Satirica de Pétrone qu'étudie H. Petersmann, l'oeuvre de Martial dont J.-M. André expose la culture philosophique et J. Dion l'esthétique. La liaison d'un genre polémique avec l'histoire s'y impose alors : D. Gaillard y souligne, de l'épigramme à l'histoire, le thème des cyniques de Néron à Antonin, et P. Goukowsky, à partir d'une épigramme de Thespies, la religion intime d'Hadrien. C'est ainsi sur les rapports de l'épigramme et de la religion que s'achève la réflexion : A la plus grande gloire de Martin ? se demande V. Zarini pour deux épigrammes de la basilique de Tours au Ve siècle, tandis que M. N. Fouligny commente l'usage fait de l'épigramme par un grand inquisiteur de Lorraine au XVIe siècle dans sa Démonolâtrie.

    Livre Broché
    Date de parution 2002-01-01
    Nbr Pages Arabes 282
    Collection Études anciennes de l'ADRA
    ISBN 13 978-2-913667-07-5
    Type Nom