Etudes de philologie et d'histoire ancienne, tome III

    25,00 € 25,00 € 25.0 EUR

    25,00 €

    Option non disponible.

    This combination does not exist.

    Add to Cart

    30-day money-back guarantee
    Free Shipping in U.S.
    Buy now, get in 2 days

    Dans toutes les civilisations, la mémoire collective s’attache à des lieux, et en particulier à des lieux de culte. Mais qu’advient-il quand les hommes basculent, parfois sous la contrainte, dans une autre civilisation ? Le cas d’Alexandrie d’Égipte est emnbématique puisque, dans le dernier quart du IVe siècle av. J.-C., nous assistons à la création de lieux de culte liés à Alexandre le Grand et à son ministre Héphaestion, tous deux divinisés. Les rois Lagides construisent à leurs tour d’autres édifices pour glorifier leur dynastie et les romains ajoutent leurs propres repères. Mais très vite, le souvenir d’Hephaestion est occulté par une divinité indigène, l’Agathos Daimôn, et par la légendaire Protée, objet d’une interpretation orphicopythagoricienne : le Pseudo-Callisthène ne sait plus qui était Héphaestion, mais conserve le souvenir de son culte. De son côté, pour plaire à Zénobie, qui croyait descendre d’Antoine et de Cléopâtre, le rhéteur Callinicos de Pétra compose une ekphrasis des monuments embellissant le Palais royal, résumée par Aphthonios et Libanios. A travers ces textes d’interprétation difficile, le livre tente de donner une idée de la somptuosité de monuments victimes des destructions opérées à l’époque d’Aurelien avant d’être définitivements ruinés par les fanatiques chrétiens. Sic transit gloria mundi…

    Format Broché
    Nombre de pages
    308
    Collection Études anciennes de l'ADRA
    ISBN 13 978-2-913667-39-6
    Type Nom