La fascination du Commandeur. Le sacré et l’écriture en France à partir du débat-Bataille.

    125,00 € 125,00 € 125.0 EUR

    125,00 €

    Option non disponible.

    This combination does not exist.

    Ajouter au panier

    30-day money-back guarantee
    Free Shipping in U.S.
    Buy now, get in 2 days

    À partir d’une approche contrastive de l’œuvre de Georges Bataille, La fascination du Commandeur montre que la pensée française, tout au long du XXe siècle, a tergiversé entre deux expériences du sacré : l’une immédiate, à même le corps, l’autre symbolisée, passant par l’écriture. Dans le contexte d’une Troisième République faisant du sacré un moyen de recentrement national, Bataille reste tributaire de Durkheim et de Mauss par les difficultés qu’il rencontre à reconnaître au sacré une dimension langagière. Ses principaux interlocuteurs — Breton, Caillois, Leiris, Paulhan, Blanchot, Lacan — ne manquent pas d’ailleurs de l’interpeller sur ce point, même si certains d’entre eux se montreront à leur tour indécis sur la question. D’autres, tel Sartre, évacuent ostensiblement l’écriture mais sans en accomplir le deuil. En somme, il y va à chaque fois du credo esthétique de Proust qui tôt ou tard apparaîtra pour chacun comme une véritable figure de Commandeur. Après la mort de Bataille, le débat demeure d’actualité : l’expérience langagière du sacré animera des débats en psychanalyse (Lacan, Lyotard, Deleuze et Guattari), en philosophie (Derrida, Nancy, Lacoue-Labarthe), en littérature (Blanchot), tout comme elle déterminera l’avant-gardisme d’après-guerre, notamment avec le groupe Tel Quel. Ancien étudiant en Lettres à Louvain et à Paris, Christophe Halsberghe (1970) enseigne au département des Traducteurs et Interprètes de l’École Supérieure de Gand (Hogeschool Gent).

    Format Broché
    Nombre de pages
    450
    Collection Faux Titre
    ISBN 13 978-90-420-2027-6
    Type Nom