Du "bel mourir" au "bien mourir" : le sentiment de la mort chez les gentilshommes français (1515-1643)

    70,46 € 70,46 € 70.46000000000001 EUR

    70,46 €

    Option non disponible.

    Cette combinaison n'existe pas.

    Ajouter au panier


    Satisfait ou remboursé pendant 30j
    Livraison gratuite en France
    Achetez-le maintenant, soyez livré dans 2 jours

    Editeur Librairie Droz S.A.
    Distributeur Editions de Boccard

    La mort occupe une place importante dans le système de valeurs des gentilshommes français des XVIe et XVIIe siècles. Il ne s'agit pas de n'importe quelle mort : le noble privilégie la "belle mort", c'est-à-dire la mort au combat. Il est celui qui regarde la mort en face parce qu'elle est une dispensatrice essentielle, incontournable et impartiale d'honneur. Ne pas craindre la mort et la défier en toutes circonstances apparaît alors comme une vertu d'ordre. Se met en place un modèle de la belle mort qui s'organise autour de critères profanes et religieux. Si elle apparaît comme la plus désirable, on perçoit déjà une évolution en faveur de la "bonne mort", c'est-à-dire la mort dans son lit.Celle-ci est favorisée par la mutation de l'art de la guerre, à quoi s'ajoute l'altération que font subir les guerres de religion au modèle d'une "belle mort" idéalisée. Enfin, la politique de "domestication" de la noblesse entreprise par les rois, relayée par l'Eglise, pour transformer la mort comme don de soi en mort au service du prince achève cette offensive multiforme.

    Book Relié
    Nbr Pages Arabes 352
    Collection Travaux d'humanisme et renaissance
    ISBN 13 978-2-600-00463-3
    Type Nom